13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 14:10


Tsazar


                                            kitchen.JPG
 
Je loge chez Sonam et Tsering dans une maison un peu à l'écart du village. Comme partout au Zanskar, il n'y a pas l'eau courante et la toilette se fait, en plein air et donc incomplètement, dans le ruisseau.

tsazar-2.JPG


De plus, ici,  pas d'électricité  et l'on se couche comme les poules (d'ailleurs, il n'y en a pas au Zanskar !) ... pour se réveiller très tôt avec le soleil qui peu à peu embrase les sommets.

tsazar-1.JPG
 du fond de mon duvet, contemplation du vaste paysage qui s'éclaire et prend vie sous les rayons du soleil.

Repost 0
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 16:20

Zangla


                                         zangla king house 1


Le gros bourg de Zangla est dominé par les ruines de l'ancien palais royal.
L'actuelle famille royale, qui n'a plus qu'un rôle honorifique, vit dans l'une des maisons, au coeur du village.

zangla king house 2
un après-midi de grand vent, quelques gouttes de pluie et le grondement du tonnerre résonnant à travers les montagnes environnantes. Un peu plus tard, un thé au beurre salé fumant, offert dans la demeure royale, sera des plus réconfortant ...


Repost 0
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 15:41

Karsha :  le monastère

La gompa de  Karsha est le plus grand monastère Gelugpa du Zanskar ( "bonnets jaunes", comme le Dalaï Lama !) et domine le village coupé en deux par un torrent qui se jette en contrebas dans la Doda.

karsha village 3karsha gompa2



karsha tchomole gompa
la nonnerie de Karsha


karsha gompa 1



Repost 0
22 décembre 2009 2 22 /12 /décembre /2009 08:49
Karsha: le village

Ici, on n'a pas le choix: on monte, on descend !
Karsha s'étage sur une colline abrupte et surplombe la vaste plaine de Padum.


karsha village1karsha village 2


 karsha angbo housekarsha kunzes drawing

 


 

karsha olden

Repost 0
16 décembre 2009 3 16 /12 /décembre /2009 15:08

vivre !

paysage2


J'aime ces lieux limites où vivre n'est pas gagné. Et pourtant, ici, l'homme, solidement, s'accroche entre ciel et terre, hors du temps, hors du monde. L'air raréfié est transparent, la vision infinie. Pas un son, hormis le souffle du vent qui dévore lentement les roches millénaires. Espace minéral tourmenté, déchiré, transpercé, au coeur duquel la vie se cache tels ces villages attendus qui n'apparaissent de manière ultime que lorsqu'on n'espérait plus.


paysage3 



Sobres maisons blotties, lovées au milieu des parcelles colorées, où se devinent à travers l'épaisseur des murs, les rires et les pleurs. En la sombre intimité des bâtisses aux senteurs de bouse et de fumée mêlées, les gestes sont posés, les paroles pesées. Dans chaque demeure, une lampe à beurre sans cesse alimentée, veille nuit et jour, paisiblement, au delà des doutes, au delà des chimères.


tcheume




Repost 0
6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 14:45

En route pour le Zanskar !




Une première étape de Leh à Kargil : une piste qui prend de plus en plus l'allure d'une route, par tronçons et dans un (dés)ordre d'ailleurs inexplicable. Autour de nous, le minéral domine. Vues vertigineuses. L'arrivée en fin de journée à Kargil ne fait aucun doute sur le fait que nous sommes en terre musulmane. Nous avions déjà depuis quelques kilomètres, croisé des hommes portant la barbe (tradition rare chez les bouddhistes) mais ici, sur les hauteurs de la bourgade, c'est l'immense portrait d'un ayatollah qui nous accueille. Il fait bientôt nuit et dans l'animation des rues sombres, on ne distingue pas l'ombre d'une silhouette féminine.

Très tôt le lendemain, départ pour une longue journée de piste, direction Karsha, dans la vallée de Padum. Quelques villages verdoyants traversés d'où émerge souvent le minaret d'une petite mosquée blanche et verte. Un premier check-point et progressivement la végétation se raréfie, laissant le minéral s'approprier l'espace.



Pas un instant d'ennui durant ce long chemin tellement l'environnement capte l'attention : lumières, couleurs, scintillements, cahots rocheux sans oublier les peu farouches marmottes toutes rousses et dodues, les champs couverts d'edelweiss, la vision d'un premier monastère perché sur une butte (Rangdum) et la grandeur de la Montagne.
Peu après le Pensi-La (4400m), une dogsa côtoyant un gigantesque glacier (le Durung Drung) permet une étape lunch un peu tardive. Le jau (fromage blanc) servi par les bergères est succulent et j'en savoure trois bols entiers malgré la difficulté de le manger sans autre équipement que mes doigts d'une propreté assez douteuse !







Arrivée à Karsha à la tombée de la nuit. Depuis longtemps déjà, le village se distingue, d'abord une simple tâche blanchâtre adossée sur le flanc d'une colline puis, lentement, l'ensemble des bâtisses devient perceptible.

Repost 0
29 novembre 2009 7 29 /11 /novembre /2009 10:28
Autour de Leh



                                                                                       Spituk gompa


                                                                                     Samkar gompa

Repost 0
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 12:42

Trois jours passés à Leh  (3500m)  pour l'acclimatation.



                                                                                         Chez Papale


                                                                                  
Finalement, le problème n'est pas l'altitude mais la pollution. Les gaz d'échappement des 4x4 toujours plus nombreux sont irrespirables. En soirée, il y a l'inévitable panne générale d'électricité. Aussitôt, les générateurs bruyants et malodorants prennent le relais pour illuminer les terrasses des restaurants. Dans les hauteurs de cette ancienne capitale, des monceaux de déchets plastiques jonchent le sol ...

Les Ladakhis sont profondément accueillants et j'aime leur bonjour : "Julé" que l'on ne peut prononcer si l'on fait la trogne !





Repost 0
2 novembre 2009 1 02 /11 /novembre /2009 11:34


Un petit aperçu du carnet de croquis,  qui m'a suivie pendant tout mon voyage en Inde au mois d' Août dernier.
Pendant ce voyage, j'avais toujours ce petit carnet à portée de main, je dessinais directement au feutre. Je transportais un cahier plus important que je n'utilisais que lorsque j'en avais le temps ...

Très prochainement, d'autres images de ces carnets
.

.







Atterri à l'aéroport de Delhi au milieu de la nuit.
Un étrange comité d'accueil que ce personnel masqué qui vérifie (comment? sur la mine? la bonne foi dont nous avons fait preuve en remplissant le formulaire distribué dans l'avion?) que nous n'importons pas le virus de la grippe H1N1.
Au bureau d'immigration, l'officier s'amuse à compter le nombre de visas indiens que compte mon passeport. "You like very much our country" affirme-t-il avec un large sourire. Je dandine la tête (à l'indienne) pour acquiescer.
Transfert en bus vers l'aéroport domestique. Dans le vol pour Leh, un siège près du hublot me laisse contempler les sommets enneigés éclairés par la douceur du soleil levant.

A suivre ...



Repost 0

Présentation

  • : le regard voyageur
  •  le regard voyageur
  • : des croquis, des photographies, ..., comme un carnet de voyage en des lieux proches ou (parfois) lointains
  • Contact

Texte Libre

"Errance ronde et sûre d'une courbe qui enlace, léger fouillis comme de brindilles, ou construction faite d'angles et de droites, peu importe, le dessin est toujours ce qui vient en premier, ce qui est supposé jaillir de rien"
Jean-Christophe Bailly, l'Atelier infini